DÉPASSER LE SALARIAT ? Il faut deux fois moins de travailleurs pour financer les pensions. On nous dit : les pensions sont infinançables. Il y a de plus en plus de pensionnés par rapport aux actifs… et on ne parle jamais des gains de productivité…(PARTIE 2 ET FIN)

Les travailleurs ont été capables de mettre en place un appareil de santé qui repose sur une propriété d’usage. Il n’y a pas de propriété capitaliste. Je vais m’en tenir à l’exemple français. La santé, c’est 12 % du Produit Intérieur Brut (PIB, correspond à la valeur de la production totale créée à l’intérieur d’un pays) . C’est 240 000 000 000 milliards sur un PIB de 2000 000 000 000 milliards. Il y a 40 000 000 000 milliards de médicaments qui sont de la production capitaliste. On n’a pas pu sortir le producteur de médicaments du capitalisme. Mais, les 200 000 000 000 milliards (c’est-à-dire pas rien, ce n’est pas rien 200 000 000 000 milliards), 10 % du produit intérieur brut, relève d’une production non capitaliste mais communiste. C’est à dire, que c’est une propriété d’usage de l’outil travail (il n’y a pas de propriété lucrative de l’outil de travail), c’est un patrimoine qui ne rapporte rien à aucun propriétaire. Financement de l’investissement par subventions. Tant que la cotisation a augmenté, (elle a doublé, elle passe de 32 % du salaire brut en 1945 à 65 % du salaire brut à la fin des années 1970) elle double en 35 ans, ça a permis, ce doublement de taux de cotisation, à l’assurance-maladie, de subventionner l’investissement. On n’a pas fait appel au crédit. Nous avons dans les années 60, une mutation totale de l’appareil de santé. Aussi bien ambulatoire qu’hospitalier. Cela a supposé un investissement énorme ! On est passé des hôpitaux mouroirs à des hôpitaux soignants. Et cet investissement énorme, il a été financé par subventions. Il n’y a pas besoin de crédit pour investir.

 

Bernard Friot, Professeur émérite de l’Université Nanterre-Paris 10
Marie-Hélène Ska, Secrétaire générale de la CSC (Confédération des Syndicats Chrétiens)
Jean-François Tamellini, Secrétaire fédéral FGTB (Fédération Générale des Travailleurs Belge)
Cedric Leterme, membre de Riposte CTE (Chômeurs Travailleurs Engagés)

 

RENCONTRE ORGANISÉE PAR ÉCONOSPHERES