UN HOMME QUI DIT DE LUI-MÊME QU’IL EST EN COLÈRE ET AIGRI.

TEXTE ÉCRIT [CI-DESSOUS] PAR JACQUES CHEVALIER


C’est pour quand la révolution ?

En Belgique, et sous quelle forme ? Avec quels acteurs ? Mon épouse me dit que « trop c’est trop » après la déclaration des 10 ans de vaches maigres par un des riches qui nous gouvernent. Perso, je pense que la révolution est loin d’être pour demain, on l’a bien vu quand les revendications légitimes des gilets jaunes ont tourné, rapidement, en eau de boudin avec de moins en moins de gens dans les rues hormis des provocateurs.

Quand nous allions bloquer les dépôts pétroliers nous nous y sentions fort seuls au combat, peu ou pas de soutiens syndicaux ou des partis se prétendant « des gens ». On nous collait des astreintes et certains d’entre nous recevaient des visites à domicile de la police histoire de nous faire comprendre qu’il fallait « claper nos gueules ». À vingt femmes et hommes à bloquer des poids lourds sur les autoroutes, poursuivis en rase campagne et conduits dans des geôles austères sans ménagement et quand l’un de nous mourait sous les roues d’un semi-remorque hollandais : pas de suivi de la justice, considéré comme accident de la circulation. Le lendemain de sa mort, un samedi, nous étions environ 200 à la gare Calatrava pour saluer au moins sa mémoire dans un « je m’en foutisme » de millions de gens qui auraient dû descendre dans la rue avec nous.

L’augmentation des prix pétroliers à l’époque c’était un apéro, quelques cacahouettes, quand on y pense, par rapport avec ce qui nous tombe dessus « à cause de la Covid et de l’Ukraine », et cela touche bien plus de gens, mais aujourd’hui il n’y a plus les gilets jaunes et non plus des syndicats et partis « de gauche » qui pourraient agir, alors on espère, on ose même y croire, des gens qui auront des c… au cul pour réagir et nous entrainer dans une lutte contre le gouvernement et, plus largement contre le capitalisme.

C’est là que j’ai des doutes, comme dit ma femme, à nos âges avec notre mauvaise santé, comment faire ce que nous avons fait durant des années alors que la plupart de nos camarades meurent tout à tour. Et nos jeunes qui devraient nous succéder, avec leurs contrats au jour le jour, avec leurs « minimex » et autres allocations, pas capables même de se réunir avec leurs tablettes et autres « applications ». Je vous le dis, c’est mal parti. Des fois je me dis que malgré mes presque 69 ans je pourrais encore reprendre un bout de chemin de la lutte, déjà rien qu’au niveau communal, j’y suis déjà impliqué, volontairement, bénévolement via la commission communale d’aménagement du territoire et de la mobilité où quelques politiques agissent, mais assez curieusement personne du parti pour lequel j’ai voté, c’en est d’ailleurs navrant.

Un parti comme celui-ci, au niveau communal, devrait être actif et dire publiquement ce qu’il fait pour ses électeurs même si ceux-ci ne sont pas membres du PTB. Alors des fois, je pense que je pourrais me présenter aux communales avec des gens qui, à ce niveau au moins, sont motivés pour améliorer les conditions de vie des habitants. Fonder un nouveau parti ? C’est je crois la meilleure idée pour éviter d’être assimilé, gobé, phagocyté mais c’est lourd à faire même si je sais des gens qui, heureusement plus jeunes que moi, disent que j’ai raison. Mais c’est une autre histoire comme disait R. Kipling… (Le Livre de la Jungle)

ANNICK CORNET ET JACQUES CHEVALIER

ILLUSTRATION : HENRI TESTELIN (1616-1695) ET CHARLES LE BRUN (1619-1690) – TITRE : THE EXPRESSIONS – COLLECTION – METROPOLITAN MUSEUM ART